Poèmes et récits d’Hurghada

Grâce à un travail acharné et à son sens légendaire de la synthèse, Gilles nous livre LE récit officiel de la sortie club à Hurghada… Vous trouverez en fin de récit un poème original de Vincent Delpont, sur le même thème.

Récit du Seafari Tour 2011 à HURGHADA

Ce récit rend hommage à tous ceux qui ont contribué à sa réussite, en premier lieu à Martial, sans qui rien n’aurait été possible, son président JP, la sympathique équipe de moniteurs,  la fine équipe de plongeurs techniques qu’il fallait former, les plongeurs bio, et tous les autres plongeurs déjà expérimentés…

Ce récit est une œuvre de fiction, les événements relatés n’ont certainement pas eu lieu, ou n’ont pas eu lieu dans les circonstances décrites…

Sans oublier la contribution de la Mairie du Chesnay, qui s’investit de plus en plus dans le support de notre activité. Charge à nous de contribuer à faire rayonner nos activités … vivement les Aquafolies.

Samedi 28 mai 2011

Le départ du safari Le Chesnay – Hurghada s’est donné rendez vous à l’Hippopotamus.  Comme d’habitude, les premiers arrivés ponctuels, sont rapidement installés dans le car, pendant que les derniers constatent toujours avec le même étonnement, la petite taille des coffres en regard des sacs restants qui prônent autour du car.

Le chauffeur inquiet se demande comment faire rentrer tous ces bagages et tout ce monde 51 personnes pour 50 places assises : Michel C. négocie en sous-main et une fois l’arrière du car plein, on complète avec les bagages dans le couloir. A croire que la consigne donnée par Croquito pour prendre 32 kgs de bagages, pas plus, pas moins, a été bien comprise.

Il faut dire qu’en cette année DSK, ce n’est pas un nuage islandais qui pourrait nous retenir au Chesnay.

7h00 c’est l’appel et le départ. Mince, premier accroc nous ne passons pas par la place de la loi, le stage technique ne peut donc pas commencer, les bouteilles restent dans les sacs.

Une heure plus tard – timing respecté – nous arrivons au T3 ou nous retrouvons le reste de la petite communauté Sub-Galatéenne, sous l’œil vigilant du Président, et de Martial dit Croquito qui vise cette année une première étoile dans le grade d’Organisateur en Chef. Il faut signaler que la présence de 2 Martial dans le groupe a de quoi perturber.

Stéphane B. arbore une nouvelle coupe de cheveux très tendance : bien joué « iPad » Stéphane. Ça te va super bien, et ce n’est pas « iPod Emilie » qui va dire le contraire. Au fait les amoureux à quand les «nano » ? Cette recrudescence de chauves, donne à penser qu’un concours de beauté sera organisé. Tout le monde sait bien que votre serviteur sera toujours le plus beau.

L’enregistrement peut commencer, Croquito court partout à répondre toujours aux mêmes questions, on sent le stress du premier grand voyage poindre. Certains auront même le plaisir de ne pas figurer sur les listes d’enregistrement.

Par contre May ne savait pas si les 32 kg de bagages autorisés, incluent ou non sa collection de maillots de bain 2011 ? Dans le doute, les copines récupèrent le 1,6kg de surplus.

Premier Bobo, Christine a déclaré une conjonctivite, Michel n’écoutant que son hypocrate organise  un convoi sanitaire avec Mathieu et Gaël pour l’aérogare 2F afin de trouver la pharmacie la plus proche.

10h15 retour T3 ou les derniers finissent de s’enregistrer et ou la file d’attente du point de contrôle s’étire paresseusement dans le hall de l’aérogare. Le contrôle passé, l’attente commence …avec 4h00 de retard annoncé.

Les filles sont aux anges dans les duty fashion shop, et tout le monde fait des réserves pour les apéritifs à venir. Les cartes bleues chauffent.

Tout le monde s’angoisse à ce qu’il a bien pu oublier : Cyrille B. avouent qu’il a bien failli oublier les copies de théorie des N3.

Parties de Jeux Vidéos PS en libres services pour tuer le temps.

Milou trouve le nouveau surnom de Michel C. ce sera Bob l’éponge : Bob eut égard au superbe Bob Ralph Loren qu’il arbore et à la bière qu’il éponge tranquillement en attendant l’embarquement.

12h45 enfin installés à bord.

13h20 Take-off et 10 minutes plus tard alors que nous prenons de l’altitude, nous passons au-dessus du Chesnay. Finalement nous serons bien passés par la place de la Loi, le stage peut maintenant bien commencer.

En l’absence de notre « Grand » reporter habituel, pour raison de santé, Croquito a proposé à certains d’entre nous de devenir l’espace d’une semaine reporter stagiaire en charge de collecter les rares informations  croustillantes, les quelques anecdotes piquantes qui se passeront pendant le voyage. Nul doute qu’il sera encore difficile cette année de trouver quelque chose à raconter, mais nous leur souhaitons bonne chance et espérons être à la hauteur de la tâche qui nous est confié. Nous devrons nous montrer à la hauteur de Gilles qui nous surveille.

Clin d’œil : en route vers les mers chaudes nous survolons les alpes et pouvons distinguer les grands lacs d’eau glacée – et en plus il y a toujours de la neige – brrr !! vivement que nous arrivions.

Cyrille, Martial et Fabien se sont regroupés, ils ont décidé de mettre à profit le temps de vol pour corriger les copies des stagiaires N3.

Jean Pierre prend un malin plaisir à nous faire flipper.

« Oh punaise y a du lourd, va falloir penser à augmenter le nombre d’explo. Faut que j’en parle à Martial. »

« Va falloir vous reconvertir dans une autre activité… Pétanque peut être ? »

En tout cas ça discute énormément, et surtout ça fait monter la pression sur les élèves, la première à flancher c’est Céline qui a des hallucinations et se met à voir des caches-batterie en forme d’étui pénien partout. On leur a pourtant expliqué que la pression baisse avec l’altitude…

Bob l’éponge se dit que pour la théorie, les filles peuvent toujours coucher mais se demande ce qu’il peut rester aux hommes ? L’histoire ne dit pas la note de Milou. Là Céline du tac au tac réponds : « sucer… » : Je dois rêver – DSK c’est sur, sera du voyage.

Petit cours de Jean-Pierre sur le comment passer plus de bagages qu’autorisé : Avec Philou ils partent toujours avec le minimum :

1° choisir un agent féminin blonde de préférence

2° avoir une petite ficelle attachée aux bagages

3° bien se coller au comptoir, détourner l’attention de l’agent et soulager le bagage le temps de la pesée.

29/05 – 1ier jour de plongée.

Michel a déjà des soucis, la clim de sa chambre ne fonctionne pas et il a fait une nuit à 28°C (c’est son ordi qui lui a donné). Il a fait venir le « technicien » local pour tenter de réparer mais rien n’y a fait. Il a presque fini déshydraté… un comble pour une éponge. A 6h il a fini par se réfugier sur sa terrasse. (Il pourra changer de chambre le soir même).

8H00 RDV chez Seafari pour récupérer les casiers et là Marianne se trompe déjà de bateau et s’installe sur celui des explos. Marianne aurait elle un doute sur sa théorie ?

Pour le bateau des plongeurs expérimentés, la personne à connaitre est « Lolotte » : Elle veille à tout et sur tous, et s’attache rapidement les points forts de chacun.

Lolotte en profitât don c pour requalifier Franck, LE responsable de la section Bio surnommé dans le passé, le dentiste ou Dirty dancer,  pour l’appeler Franck « Point G ». On aura également du Monsieur Dynamite (avec une petite mèche) pour Noel, Maille pour May ou encore … Rémy pouett, pouett.

Rémi pouett pouett de son coté, réfléchit déjà à sa stratégie bronzage, avec enfilage de la combi dès le départ du bateau. 35°C c’est un peu frais …

Sur le bateau technique, vue la recrudescence de moniteurs, il ne devra rien arriver d’imprévu, tout est sous contrôle. Valentine n’aura pas grand-chose à faire.

Annie nous avait déjà montré son attachement pour ses moniteurs durant son N1, et Laurent pu apprécier la volonté d’Annie de faire et refaire ses mêmes exercices de parachute : Il faut signaler que le matériel était plutôt défaillant, puisque le parachute ressemblait plus à un filet de pêche dans lequel Annie eut du mal à se démêler…

Le soir premier pot sur la plage du Seafari, il est temps de se détendre un brin, enfin pas trop. Par exemple Marinette retourne attendre ses colocataires Sophie et Céline dans leur chambre, mais se trompe de chambre. En fin du pot, Martial et Nathalie eurent la surprise d’une présence supplémentaire dans leur chambre qui eut du mal à s’identifier. On ne saura pas dans quelle chambre se terminât la soirée de Marinette…

Coté plongeurs expérimentés, May se fait remarquer en plongeant du bateau sans ses palmes rôses. Alors tout le monde a crié « tes palmes May ». Elle était déjà dans l’eau. Du coup la monitrice « Lolotte » dut compléter les consignes de sécurité pour chaque plongée, pour ajouter « tes palmes » (« May/Mets tes palmes »).

On rapporte également un incident avec la palanquée de Didier L. (Marinette, Mathieu) qui se retrouvât sans raison à  l’autre bout du platier sans raison rationnelle. Cela leur valut un retour en zodiac sous les vivas de la foule.

30/05 – 2ième Jour de plongée et premières plongées en situation réelle

Céline est la première narcose de la journée – elle nous explique qu’elle a senti une barre dans la nuque au niveau des sinus du derrière – ah narcose quand tu nous tiens ϑ

Gaël à la recherche du masque perdu qu’il ne retrouvera que le soir à 30 cm à côté de son sac. Un seul équipement vous manque et vous êtes perturbé.

Les déboussolés de la matinée sont Stéphane B. et Didier H. qui préfèrent travailler le PMT à l’aller et le retour en zodiac ϑ apéro ! C’est certainement le soleil au zénith qui a faussé leur jugement.

Il aurait également été rapporté que Doc aurait également organisé une séance PMT avec Hervé, Emmanuelle et Stéphane de 500m, malgré plusieurs sorties d’eau pour localiser le bateau.

Coté bio, on signale que Didier tentât de prendre des photos sous marine avec un caisson non étanche. Après diagnostic, on constatât que le joint avait été oublié, mais cela ne ressort pas de la section bio, mais plutôt de la technique. Une passerelle Technique/Bio est certainement un point à améliorer pour la saison prochaine.

31/05

Alors Cyrille, on a du mal à se lever – 8h20 pour rdv bateau 8h30 optimiste le garçon. « Non organisé … répond ce moniteur chevronné.

Le bateau des bronzeurs crémeux tourne au ralenti, pompe à eaux grillée pour les uns, temps de séchage de la crème à respecter pour d’autres…  Pendant ce temps, les dauphins viennent tourner autour, ca doit les faire rire.

Plongée nocturne :

Gaël manque de s’immerger sans palmes : « C était juste un essai …».

Eric en leader de palanquée, réussira à perdre tout le monde sous l’eau…

Bosley (Philippe P.) et ses trois drôles de dames (Marianne, Christelle et Annie) finissent bien loin du bateau dans le noir et seront récupérés au zodiac – ceci dit Valentine nous avait dit qu’il y aurait une flasheuse sous le bateau qu’on a jamais trouvé. Les explications sur ce nouvel incident d’orientation de la part d’un moniteur donnent encore lieu à plusieurs versions contradictoires. Nous nous conformerons à celle de Philou, qui a voulu comme DSK épater ses filles…

La lampe de Cyrille B. ne résiste pas à la première mise à l’eau – blackout à l’immersion.

01/06 le jour le plus long.

Céline se lâche : les Tech c’est qu’un bateau de lécheurs et les explo qu’un bateau de suceurs rapport au fait qu’ils ont tous une sucette à la bouche.

Milou n’aura pas réussi à se saucissonner dans son fil de parachute cette fois-ci ϑ. Well done miss

Céline à fond  « quand j’ai trop de pression faut que j’évacue » oui bon mais ne te détend pas trop quand même. La morale du club interdit de rapporter tous les propos de Céline.

Les égarés du jour sont Cyrille et Céline avec retour bateau en zodiac – non sans être passé par un bateau russe.

Nous devons déclarer une nouvelle espèce auprès du DORIS : la « célina palmus » (palme à l’eau) trouvé par Emilie et Fabien lors de leur remontée sous le bateau. En fait il apparaitra que ce ne sont que les palmes de Céline tombées du zodiac lors du transfert.

Michel C. tente de ravir le titre de Vomito d’Or à Vomito (Mathieu G. étonnamment sobre) mais ce n’est pas avec un seul petit renvoi lors d’une dernière assistance sur Stéphane) que tu gagneras le titre Michel, tu feras mieux la prochaine fois.

Joel fera parler de lui, pour son sens protecteur de la palanquée. Il reste souvent sous la palanquée à guetter la venue de requins…

On signale également que certains plongeurs techniques ont fait valoir leur connaissance en bio, et souhaite parfaire leurs connaissances avec Franck G. l’année prochaine, pour différencier les anguilles jardinières des tubes en plastique. Il est intéressant de signaler que les élèves racontent cette même anecdote en signalant une confusion des moniteurs (Etsuko puis Doc), mais on ne peut accepter de type de propos dans le récit. Il est vrai qu’au niveau technique, on n’a guère le temps de rentrer dans les détails de la Bio. C’est un point à améliorer l’année prochaine.

02/06 5ième et dernier jour de plongée.

Sophie pense bien donner un dernier coup de reins pour emporter la décision.

Cette dernière journée est encore marquée par un banc de dauphins.

Michel lui est comme qui dirait envouté par les esprits des médecins de l’antiquité  égyptienne et commence à prescrire des remèdes d’autrefois – bain de lait de chameau pour soigner la cheville de Caroline S. qui s’est blessée en descendant du bateau lors du retour de la nocturne des explo.

Franck décidait de son coté d’appâter les requins avec son propre sang, en s’entamant le doigt en coupant du saucisson sur le bateau lors de la nocturne.

Et il aura fallu attendre la dernière plongée du dernier jour pour voir un plongeur partir sans plomb et le gagnant est Gaël G., trop heureux sans doute d’étrenner sa nouvelle étoile en oubliera ses poches et devra remonter sous les bravos de la plèbe pour les remettre.

Voilà c’est fini tout le monde est à bord – tout le monde est revenu on s’embrasse, on lève l’ancre et on remet le cap vers l’hôtel.

Vient maintenant cette longue période d’attente pendant laquelle le jury doit délibérer.

On signale également la formation de nouveaux binômes, pour évoquer la finale du championnat de Rubgy.

02/06 – Soirée.

Après avec négocié le droit de bouchon local, la fête s’organise autour de la piscine de l’hôtel. Roulement de tambours et Jean Pierre prend la parole.

Remerciement aux participants et aux personnes de Seafari qui a leur tour nous remercient pour notre bon humeur et surtout d’être venu en Egypte et d’avoir fait confiance à ce pays, enfin presque.

Vient ensuite la séquence émotion,  et nos pensées vont vers Gilles qui n’a pas pu venir (que nous avons eu la chance de voir grâce à Franck et sa super webcam) et à qui nous pensons beaucoup et espérons revoir très vite en pleine forme. Heureusement qu’il a Super Valou.

Viennent ensuite les nominations :

Dans la catégorie Bio par Franck prend la parole : Les nominés sont Noël et Rémy « Pouet Pouet » Aux dires de Franck le niveau est exceptionnel tant et si bien que si ça continue comme ça,  il devra négocier un excédent de bagages avec le club pour emporter des dictionnaires supplémentaires pour les prochaines années.

Dans la catégorie N2 par Jean Pierre : Tous les candidats sont reçus, mention spécial pour une candidate en particulier qui avait présenté le N2 l’année à Galéria. Il lui avait été découvert un fort potentiel mais qui ne lui avait pas permis à l’époque de valider son N2. Elle a plongé cet été et travaillé sérieusement cette année – et après qu’elle eut repris confiance en lui ou lui confiance en elle on ne sait plus trop, elle achève en Egypte ce qu’elle avait commencé l’année dernière. Bravo Annie. Les 12 élèves sont donc reçus avec brio.

Dans la catégorie N3 toujours par Jean Pierre. Jean Pierre appelle Sophie, et annonce que seul une compétence lui manque pour obtenir le N3 et prend pour exemple Annie et Marinette pour expliquer qu’en se donnant les moyens et avec de la persévérance ce n’est que partie remise. André également à valider toutes les compétences pratiques, ne manque plus qu’un peu de théorie à voir le lendemain pour avoir le N3.

La formation Nitrox ne doit pas être oubliée : Tous les plongeurs ont validé leur compétence Nitrox, et tous garderont un bon de souvenir de la procédure simplifiée pour coincer ce foutu analyseur Nitrox dans l’ordre et la discipline.

Les autres candidats sont reçus  même si Jean pierre évoquera certaines pressions reçus par le club en provenance de la mairie pour le maintien des subventions alloués au club, Affaire à suivre !!!

Voilà la cérémonie s’achève, sur les séances photos. Tout le monde se tombe dans les bras et tout le monde s’embrasse, les premières immersions involontaires commencent. Les « gentils bourreaux » d’hier sont les amis d’aujourd’hui, qu’ils n’ont en fait jamais cessés d’être malgré les tortures infligés aux uns et aux autres tout au long du stage. Hélas alors que la fête bat son plein un drame se joue dans l’obscurité qui nous enveloppe. Une rumeur vient déchirer la nuit : « Visitée – ma chambre a été visité »….

Des chambres viennent d’être cambriolées, tout le monde se rend dans les chambres voir s’ils sont été victimes aussi. Résultats 5 chambres – de l’argent des téléphone, des ordinateurs… la fête est gâchée, nous attendons les autorités pire, un passeport a disparu ce qui compromet le retour de la personne.

Le 03/06

Toujours sous le coup du cambriolage de la veille – les expéditionnaires sont partis à Louxor et le reste du groupe se réveille lentement tout au long de la matinée. Les gens se retrouvent petit à petit autour de la piscine. La matinée s’écoule lentement entre piscine, plage, soleil et visite d’Hurghada. JP en bon collecteur des impôts se positionne au milieu «  tous derrière et lui devant » pour récupérer l’argent des superbes t-shirt et la participation pour le Bus.

Soudain il vient discuter avec nous et prends la tablette de piscine pour un tabouret, le pauvre n’y survivra pas et en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, la mini tablette explose sous l’impact et Jean-Pierre se retrouve les quatre fers en l’air devant une assemblée médusée qui finit par éclater de rires. Et ben vivement que la Fédé mette en place les Tables qui prennent en compte les IMC car pour certain le risque d’ADD s’accroit singulièrement ϑ JP on t’aime.

Jean Pierre profitera de l’Egypte jusqu’au bout puisque il rentrera à la dernière minute. Son rôle de président l’oblige en effet à remercier tous les représentants locaux qui ont contribués à la réussite de ce voyage. Pour libérer sa chambre, il s’appuiera sur son équipe logistique rodée qui prendra en charge la surveillance des accès extérieurs, la fermeture des valises, la récupération des 200 T-Shirt. A signaler que l’équipe dût passer par le balcon pour avoir accès à la chambre – l’hôtel ayant refusé de nous donner sa clé suite aux évènements de la veille.

A l’aéroport

Les billets n’ont pas été distribués et on bloque tout le monde au 1ier des 4 contrôles des passeports.

Michel C. subira tous les outrages pour une question d’otoscope.

Eric T. et Laurent M. (à confirmer par Eric) oublierons de prendre l’aérobus et se retrouvent dans la queue pour Düsseldorf. Heureusement ils retrouveront leur chemin et le bon appareil.

Bonne surprise au retour, La mairie a fourni en plus du car de l’aller, un camion d’accompagnement pour les valises.  Michel est vraiment royal. Croquito, tu notes l’idée…

Mais le récit ne s’arrête pas là…

Croquito en tant qu’organisateur, se sacrifie pour assurer le rapatriement de la principale victime des vols à l’hôtel, à savoir Nathalie P. qui se retrouve fort dépourvue, seule, sans passeport, sans argent dans un pays hostile. L’histoire ne dit pas ce qui se serait passé avec une autre victime…

Je vous passerai le récit détaillé de Croquito en 8 pages de ses aventures, mais en résumé, dépôt de plainte au poste de police à 4h du matin,  et une tentative infructueuse de prendre le vol retour malgré tout.

Les propos très clairs du détaché du consul, permettent de préciser la situation : « Le vendredi en Egypte, c’est comme le dimanche en France mais quand on est Samedi en Egypte qui serait le lundi de France, qui plus est, un samedi où l’on ne travaille pas, comme dimanche non plus d’ailleurs, c’est clair ? ». Il faudra donc attendre lundi, aller au consulat qui est au Caire, et prendre un vol de retour depuis le Caire.

L’équipe locale Soleil d’Egypte mettra tout son professionnalisme au service de nos 2 naufragés pour leur proposer des conditions de retour les plus adaptées, enfin presque, si l’on considère que la victime n’a ni passeport, ni CB, ni argent.

Finalement Croquito refusera l’aide généreuse de Soleil d’Egypte pour mettre en œuvre son plan B : Hurghada – le Caire en car de nuit, nuit à l’auberge de jeunesse, vol retour Le Caire – Paris.

En fait, Croquito murit déjà de nouvelles solutions pour gagner sa Troisième étoile en 2012 : Il étudie déjà des options pour faire baisser les prix du stage : Paris – Le Caire, puis bus de nuit pour Hurghada… Il doit aussi regarder si la mairie pourrait aussi nous déposer à Marseille pour une traversée Marseille – le Caire…

Rendez vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures sub galatéennes.

L’équipe de rédaction

A défaut d’anecdotes, voici quelques vers (de sable) d’un nouveau poète:

Nous étions douze à Hurghada,
Tels des apôtres à qui Gilles la bonne plongée enseigna.
Par de chaudes journées nous allâmes
La théorie mettre en pratique sans état d’âme.
Parfaitement encadrés nous fûmes,
De grandes améliorations en nous nous perçûmes.
Par la conjonction d’un encadrement au masochisme frôlant
Et d’un environnement à la perfection touchant,
L’assistance nous pratiquâmes,
Le sauvetage nous essayâmes.
Eprouvées nos oreilles furent,
En rien comparées à celles de nos guides,
A la feuille par nos soins devenue dure.
Le fourbe parachute nous entreprîmes,
Sa presque maîtrise nous atteignîmes.
La délivrance enfin arriva,
Quand l’heure de l’autonomie sonna.
Ce fut sourds et la bouche salée,
Qu’au milieu des coraux nous prîmes nos quartiers.
Sub Galatée la plongée nous enchanta,
D’un Safir Hurghada nous dégouta.
Par le labeur d’un Martial impliqué,
Ne demeurent en nous que les bons côtés.

Vincent Delpont, futur rédacteur au Slgc.